Présentation du stage :

BUTÔ danse du corps virtuel
Dates : Du 02/07/18 au 06/07/18    
Thème : Danse   Tarif : de 300€ à350€
 
Intervenant(s)
Alain Alberganti
ALAIN ALBERGANTI est professeur-chercheur et performer de danse butô. Il est docteur en esthétique (théâtre et danse) de l'Université Paris 8. Il a étudié la danse butô avec Kazuo et Yoshito Ohno au Japon et avec les danseurs de Min Tanaka. Il vit actuellement au Brésil où il enseigne la danse butô dans diverses écoles d'art et universités. Ces dernières années, il a créé de nombreuses performances pour des théâtres, des espaces urbains, des centres culturels et des lieux alternatifs.
LA DANSE BUTÔ
"Le butô est la recherche d'une forme d'art très ancienne dans laquelle les créations rituelles et artistiques étaient profondément entremêlées ; où la poésie était chant, le chant, incantation, le mouvement, danse." (Jerzy Grotowski)

La danse butô est une danse contemporaine née dans les années 60 au Japon. Elle a été fondée par Tatsumi Hijikata et Kazuo Ohno qui voulaient rompre avec les arts traditionnels (Nô, Kabuki) et exprimer les traumatismes laissés par la seconde guerre mondiale. La naissance de la danse butô a été influencée par les avant-gardes artistiques européennes ainsi que par la religion bouddhiste et les croyances shintoïstes.


Elle a pour fondement une introspection individuelle et une ouverture sur le monde au travers de thématiques universelles telles que la vieillesse, la peur, le désespoir, l'érotisme, l'extase, le grotesque, la mort, le monde d'avant la naissance. Elle se caractérise par une recherche de mouvements issus d'une partie secrète de l'être au sein de laquelle une autre relation corps-esprit est possible.
     
Le stage
PANORAMA SUR LE STAGE

"[Le Butô] c'est devenir l'Autre et non le représenter. Une métamorphose et non une métaphore." (Kô Murobushi)

Le corps de la danse butô ne pré-existe pas à la danse. Ni corps quotidien, ni corps virtuose, ni corps méditant, ni corps anatomique, il est fondamentalement un corps qui échappe à lui-même. Un corps sans intention rationnelle si ce n'est celle de ne pas en avoir. Il est le fruit de l'environnement externe et interne au moment même où il se construit. La peau n'est plus une frontière entre le dedans et le dehors mais bien une membrane fragile et fluctuante d'où s'écoule un flux de vie. Cri du mouvement s'inventant. Cri de naissance d'un corps inconnu entre vie et mort.

Se métamorphoser pour devenir un corps autre. Devenir fleur, fœtus, mort, pierre, arbre, insecte, enfant, ancêtre, couleur. Pour accueillir l'univers entier, le "chaosmos", le danseur doit ne plus être rien sinon un vide traversé par des forces, des intensités et des lignes de fuite.

Une des principales caractéristiques de cette danse est la recherche d'une mise entre parenthèses de l'intention rationnelle. Le corps du danseur se meut, libre de tout vouloir-faire, se concentrant entièrement sur les moyens d'exécution avec une conscience extrêmement précise de ce qui advient en lui.


Il paraît réaliser des mouvements prédéterminés sans pour autant se livrer à eux comme dans une transe. Il les laisse simplement advenir tout en observant leurs trajets d'un point à l'autre d'un corps devenu autre. La danse n'est plus alors le résultat d'une volonté propre et peut devenir un phénomène naturel.

Le corps butô retient l’énergie, s’enracine dans le sol d’où il puise sa force, cherche à effacer les traits personnels et le moi, cherche diverses qualités d’énergie au travers de métamorphoses (animale, végétale, minérale), se place sur une frontière entre vie et mort.

Il existe un corps virtuel qui n’est pas le mien, un double de celui-ci. Un corps impersonnel qui en sait plus que moi. Dans des conditions de possibilités adéquates, le mental ne peut plus contrôler et dominer totalement le corps. Rendu confus, le mental ne peut qu’accompagner un corps inconnu qui a une mémoire propre. Le mental oublie mais le corps virtuel est un corps-mémoire qui stocke tout dans le silence de la chair.

Le stage aborde les points suivants : travail à partir de micro- mouvements ; suspension de l'intention rationnelle du mouvement ; immobilité et lenteur comme source d'énergie et d’imaginaire ; rétention de l'énergie corporelle ; enracinement du corps au sol ; travail du bassin comme moteur des mouvements; travail sur différents niveaux de perception : peau, chair, os ; séries de manipulations du corps pour acquérir un relâchement profond, développement d'un imaginaire corporel au travers d'improvisations fondées sur l'identification avec des éléments de la nature, des couleurs, des matières, des sons ; ébauche d’élaboration de performance à partir de matériaux personnels, réalisation de travaux en extérieur et en nocturne.
     
Lieu   Horaires
Faragous   Lundi 2 (15h20h) - Mardi 3, mercredi 4 , jeudi 5 (10h-19h) - Vendredi 6 (10h-15h)
Hébergement   Repas
13 à 17 € en gite  
   
Nombre de Places disponible : 20
Inscription : alainalberganti@gmail.com
Pour vous inscrire, veuillez contacter l'organisateur
     
Organisateur
alainalberganti@gmail.com
https://www.facebook.com/irictuscia.irictuscia.1

 

< Retour à la liste des stages

 
       
   
 
 

Bénédicte Veilhan - Le gîte de Faragous
12360 Camarès - Tél : 06 78 08 66 01